002.png

La cuisine...


"Un éclairage pour vous mettre en appétit"


Lieu fonctionnel, la cuisine est aussi un lieu de vie et de plus en plus un lieu de loisirs et de créativité. L'éclairage doit y être simple et non contraignant. L'éclairage général peut être indirect (source placée sur les éléments hauts), ou direct (constitué d'une ou plusieurs suspensions à lampes incandescantes ou fluocompactes, ou par spots halogènes encastrés dans le plafond). La solution de l'éclairage indirect, constitué de tubes fluorescents disposés sur les éléments hauts, utilise le plafond comme réflecteur. Celui-ci sera mis en évidence et aura pour effet de donner de la hauteur à la pièce. Cet éclairage est souvent un peu trop froid. Inutile de préciser que le plafond devra être irréprochable et que son revêtement ainsi que celui des murs ne devront pas avoir de caractère brillant (pour éviter tous risques de réflexions des éléments techniques des sources lumineuses). Si vous optez pour un éclairage direct, vous obtiendrez le parfait contraire, l'attention sera tournée directement les surfaces éclairées, la table et le plan de travail en général. Avec cette seconde solution, vous pouvez gagner en intimité en abaissant la ou les suspensions, cela aura pour effet de diminuer le champ d'ouverture du luminaire qui faudra choisir opaque. En sus de l'éclairage général décrit plus haut, un éclairage fonctionnel est installé dans tous les cas pour éclairer largement la zone de travail et plus particulièrement, l'évier, les plaques de cuisson et le plan de travail que vous éviterez d'encombrer avec des lampes mobiles. Les sources sont disposées sous les meubles en évitant au maximum les ombres qui pourront gêner le ou la cuisinière. Des spots encastrés ou non, ou bien des tubes fluorescent-compacts sont particulièrement adaptés à cette utilisation, veillez toutefois à ce qu'ils ne soient pas trop puissants pour éviter l'éblouissement, pensez à les cacher avec un bandeau.
 
Sécurité incendie

Les détecteurs obligatoires d'ici 5 ans

Partant du constat que la majorité des décès ont lieu la nuit et sont dus aux fumées toxiques, la mise en place d’un détecteur permet de prévenir suffisamment tôt les occupants du logement pour qu’ils puissent adopter la conduite la plus adéquate (évacuation et / ou mise en sécurité).

L’obligation concerne tous les logements - qu'il s'agisse de résidences principales ou secondaires, de logements privés ou publics, qu’ils soient neufs ou anciens – et s’applique à tous les occupants qu'ils soient locataires ou propriétaires.

Cette obligation devra être respectée sous un délai de 5 ans maximum.

affiche_prevention_incendie-40x60